Et PsychoMirail démarre joliment : je reçois cette semaine presque une demande d'inscription par jour...

Je suis presque étonnée de ce succès, et même un peu inquiète : il va falloir faire face ! Pour me rassurer, l'énergie impressionnante d'Ingrid, qui poste comme une furie, et la proposition d'Olivier de prendre en charge l'animation du groupe de DEUG : en équipe, on devrait y arriver...

Je suis presque étonnée de ce succès, disais-je ; c'est que j'avais ce projet depuis longtemps, et que la raison qui m'arrêtait a de quoi laisser pensif : "si ça n'existe pas déjà, c'est que le besoin n'est pas partagé", pensais-je. Voilà déjà une jolie leçon que je range dans mes tablettes.

Bien sûr, il reste à voir si cet intérêt se maintient, et si PsychoMirail atteint son but, à savoir créer un dynamisme collaboratif et par là même une valeur ajoutée pour les étudiants à qui il est destiné : il faudra toute l'année pour ça.

Ce succès dépend de vous, de votre énergie à collaborer, de votre proactivité, de votre enthousiasme. A dire vrai, je dois avouer que ma pire crainte est le clientélisme, qui signerait la mort de cette initiative : vous ne trouverez sur PsychoMirail que ce que vous y apportez.

Pour autant je suis confiante, et je suis très heureuse de vous souhaiter la bienvenue dans cette aventure.

Marie